Article du journal Sud-ouest du 3/02/2012
Par Bernard Soulié

Les meilleurs épéistes français vont en découdre

Quelque 120 tireurs sont attendus dimanche à la salle Pierre-de-Coubertin.

Ivan Trevejo, champion olympique à Atlanta 96. (ph. DR)
Ivan Trevejo, champion olympique à Atlanta 96. (ph. DR)

L'Ornon Gironde Escrime, club d'escrime qui résulte de la fusion il y a quelques années des clubs de Talence et de Gradignan, est coutumier des circuits nationaux, notamment celui des féminines où Laura Flessel s'était imposée il y a quelques années au Domaine de Chevalier.
Dimanche, ce sera au tour des messieurs à partir de 8 heures à la salle d'armes Pierre-de-Coubertin.

Cette « version masculine » regroupera quelque 120 tireurs parmi les meilleurs nationaux. L'épreuve fait partie des neuf circuits qui permettent aux épéistes de l'Hexagone de se qualifier pour les championnats de France qui auront lieu le week-end de Pentecôte à Henin-Beaumont (62).

Ivan Trevejo, champion olympique en individuel à Atlanta en 1996 avec Cuba, sera une des principales têtes d'affiche. Inoxydable, le champion quadragénaire, aujourd'hui naturalisé français, tentera de conserver le Trophée qu'il avait remporté l'an dernier. Il sera opposé à un fort contingent de prétendants venus bien sûr de tous les clubs français. Et si quelques tireurs manqueront à l'appel à l'instar de Roberi et Borel qui sont montés sur le podium lors de la dernière Coupe du monde, quelques lames ambitieuses seront à compter parmi les favoris.

Alexandre Bouzaid, l'ancien Libournais (23e mondial) et aujourd'hui Sénégalais, qui aura en vue l'épreuve individuelle des Jeux de Londres, en fait partie. Les régionaux de Dax, Villeneuve-sur-Lot, du SAM, du BEC, et bien sûr d'Ornon Gironde, devraient montrer leurs talents.
Le club organisateur qui monte depuis quelques années sur les podiums avec Maurice Quentin chez les cadets et Mathieu Delas en senior est une pépinière aussi bien chez les messieurs que chez les féminines

Dimanche à partir de 8 heures, circuit national messieurs d'épée.

Finales vers 15 heures à la salle Pierre-de-Coubertin à Talence.

Télécharger
Article du journal Sud.doc
Document Microsoft Word 200.5 KB

Article du journal Sud-ouest du 7/02/2012

Par Bernard Soulié

Trevejo au-dessus du lot


Le vice-champion olympique 1996 s'est imposé pour la deuxième fois.

Yvan Trevejo, avec les autres demi-finalistes. (photo b.S.)
Yvan Trevejo, avec les autres demi-finalistes. (photo b.S.)

« C'est ma deuxième victoire bordelaise (après celle de l'an dernier). Je voulais aller le plus loin possible, ce qui n'était pas évident, notamment en quart de finale. Mais j'ai retrouvé mes marques ensuite.

Gagné ! Yvan Trevejo, qui remporte depuis quelques saisons pas mal de tournois nationaux - ce qui lui vaut la première place sur le plan français - n'a pas manqué le doublé, dimanche, pour l'épreuve du circuit national d'épée disputée à Talence. Après ses succès à Nîmes et à Laon et sa finale à Evreux, il confirme ainsi sa forme.

À 40 ans, son succès mérité sur les meilleurs épéistes français (sauf ceux qui disputent les épreuves européennes et internationales) ne souffre d'aucune contestation tant ses attaques ont fait fi en demi-finales du jeune Erwan Fonson (Le Chesnay) - espoir qui a la moitié de son âge - comme lors des 8 matchs (15 touches de 3 fois 3 minutes maximum) disputés le dimanche matin.

145 participant

Et la finale contre Aurélien Drapier, de la Garde Républicaine, n'a pas traîné (15-6 en 6 min 45 s) et le satisfait pleinement pour son avenir, longtemps bouché. « Je vais enfin avoir la possibilité de démontrer au Challenge Monal de Paris (mi-mars) que je peux me situer au niveau mondial comme avant ! »

Avant, c'était il y a longtemps. À la fin des années 1990 où, sous les couleurs de son pays natal (Cuba), il accrochait un podium de vice-champion olympique en 1996, puis le bronze par équipes à Sydney en 2000. Arrivé en France en 2002, il n'a pu en revanche, faute d'avoir la nationalité française (obtenue en 2008), se mesurer aux meilleurs planétaires depuis. « Je n'ai maintenant aucune raison d'être mis de côté puisque mon physique répond encore.

La victoire du maître d'armes d'Aulnay a ainsi clôturé l'épreuve talençaise qui fait partie des neuf nationales. Les épéistes du top 50 national parmi lesquels huit du top 16 venant de Paris, de l'Ouest, d'Alsace ont bravé les intempéries (145 participants au total). À domicile, les Aquitains se sont aussi distingués avec le junior Thomas Lamorlette (Villeneuve-sur-Lot) qui a atteint le tableau de 32, Fred Gilbert, Pierre Bellegrave (Ornon) et Guillaume Fenoul (BEC) accédant eux aux 64es de finale.

 

L'espoir Quentin Maurice (Ornon), qui pointe parmi les 10 meilleurs cadets nationaux et numéro 1 au classement régional de sa catégorie, était lui spectateur : trop jeune, il n'avait pu demander à temps une dérogation.


Télécharger
Article du journal Sud2.doc
Document Microsoft Word 57.0 KB